Comment redevenir un prospect aux yeux du banquier

Voilà trois mois, j’ai eu la surprise de m’apercevoir que le Crédit Mutuel me connaissait déjà. Pourtant, je suis bien certaine de ne leur avoir jamais communiqué aucune information me concernant.

Pourtant, lorsque je suis allée rencontrer une conseillère pour obtenir un crédit immobilier, elle m’a retrouvée en moins de 10 secondes dans sa base de données. Je n’étais pas un prospect : elle connaissait toutes mes informations personnelles et mes liens de filiation.

Après étude détaillée, j’ai découvert la clé de ce mystère. Il y a 27 ans, ma mère m’avait ouvert un livret A dans ce réseau bancaire. Il restait 05 centimes sur ce livret à la date de ma découverte. Mais cela m’a desservie. Le résultat ? J’étais déjà fichée, de longue date, sans le savoir. Alors surtout, n’ouvrez pas de livret A à vos enfants !

Deuxième surprise, mon mari aussi était enregistré dans leur base de données. Lui c’était en raison de l’existence d’un petit livret sans intérêt, souscrit une dizaine d’années plus tôt auprès d’une filiale.

Banques régionales, concurrentes et indépendantes

A contrario, vers l’âge de 18 ans, j’avais bénéficié d’une prime du crédit agricole lors de l’ouverture d’un compte courant.

Rapidement rebutée par les frais exorbitants (à mes yeux) que me ponctionnaient ma banque, je lui fis une infidélité et pour ne pas payer de frais de compte alors que je n’utilisais plus ses services, j’envoyai une lettre toute simple en demandant la fermeture de ce compte. Comme la banque tarda à s’exécuter en justifiant de divers prélèvements de garantie fiduciaire (associées à un portable et à un téléviseur) que je n’arrivais pas à faire stopper, je pris mon tournis.

J’envoyai une lettre recommandée avec accusé de réception en demandant à mon conseiller de bloquer tout prélèvement sur mon compte, puis de solder tous mes comptes. Enfin, j’exigeai qu’il renvoie les sommes en possession de la banque sur le compte dont j’avais joint le RIB.

Le plus important : j’ai demandé à mon conseiller de me rayer définitivement de leurs bases de données.

Mon mari, quant à lui, est fidèle au crédit agricole depuis de nombreuses années ; son scoring bancaire est excellent. Néanmoins, nous avons déménagé et, lorsqu’il a voulu faire suivre son compte, il s’est entendu dire qu’il devait clore le précédent pour en ouvrir un nouveau. Notre conseillère nous a patiemment expliqué que les banques de ce groupe sont cloisonnées que ce soit pour leur clientèle ou pour leurs fonds propres. Dans notre région, le crédit agricole a des fonds propres trois fois supérieurs à ceux des autres banques. Une aubaine !

De l’intérêt d’être un prospect aux yeux du banquier

Pour redevenir un prospect aux yeux de la banque, il faut courir et s’accrocher un peu

Lorsque nous avons sollicité, voilà trois mois, un quatrième prêt immobilier, le crédit agricole a répondu favorablement, dans la journée.

Le crédit mutuel, que j’avais également sollicité m’a répondu, par mail, qu’au regard de notre situation, il leur serait impossible de nous suivre sur ce projet d’achat immobilier.

Dans notre région, le crédit agricole et le crédit mutuel sont les banques les plus riches en fonds propres, donc celles qui octroient le plus facilement les prêts immobiliers.

Notre profil est « propre ». Les banques nous aiment bien en général. Nous avons un profil d’investisseurs prudents et une grosse propension à l’épargne.

Mais, pour le crédit agricole, nous étions deux prospects tandis qu’aux yeux de la conseillère du crédit mutuel, nous étions déjà deux clients…

De l’utilité de savoir comment redevenir un prospect aux yeux de la banque. Cela facilite l’obtention des prêts immobiliers. La raison est assez simple. La banque délivre des prêts immobiliers pour capturer de nouveaux clients en les « enchaînant » 15 à 30 ans à leur comptes.

La compétition interbancaire est rude. Les banques ne gagnent pas d’argent sur les prêts immobiliers ; elles en gagnent sur les produits et services qu’elles parviennent à vendre ensuite.

Aussi proposer un prêt à un client ne fait que retirer des marges de manœuvre à la banque (elle a besoin de fonds propres pour avoir le droit d’octroyer de nouveaux crédits). Il est normal que ses efforts se concentrent sur les prospects !

Redevenez prospects aux yeux de votre banquier en remplissant une lettre type.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *