je ne peux plus payer mon prêt immobilier

57 % des Français sont propriétaires (INSEE). Malgré un recul des prêts immobiliers et les nombreuses renégociations, ils sont encore 25 % à avoir des difficultés à payer leur emprunt immobilier. En moyenne le coût du crédit immobilier est de 780 € par mois en France. Tout le monde est concerné, revenus modestes, jeunes acquéreurs, employés… Les accidents de la vie vont dégrader les finances des propriétaires : séparation, maladie, accident, perte d’emploi, perte de revenus, endettement… Les causes sont nombreuses. Les conséquences aussi. …

Les conséquences d’un prêt non réglè … !!!

La première conséquence, liée à des retards de paiement sera les frais et ils sont nombreux. Après 3 impayés, non régularisés, vous risquez le fichage FICP.  Il faut savoir que la banque risque aussi d’exiger le solde du prêt. Elle peut mettre le dossier en contentieux, les huissiers peuvent venir saisir vos biens. Enfin, le bien peut être mis en vente aux enchères pour solder la dette. Vous pouvez donc être expulsés. Mais avant d’en arriver là, il existe des solutions pour vous aider à rembourser ponctuellement, ou partiellement votre emprunt, ou vous donnez du temps de trouver des solutions. Si vos difficultés sont liées à une longue maladie,  ou un accident, pensez à l’assurance du prêt. En fonction du contrat souscrit, elle peut prendre en charge tout ou partie du prêt. L’assurance perte emploi est plus rarement souscrite, car plus onéreuse, mais pourrait dans ce cas vous aider également. La première chose à faire est de contactez votre banque et parlez de vos difficultés. Voyez si vous pouvez trouver ensemble une solution comme réduire ou suspendre vos mensualités  pendant une période donné. Cela peut être prévu sur votre offre de prêt, et il vous suffira alors de le demander. Sinon votre conseiller peut comprendre vos difficultés et vous aider, mais sachez que réduire ou suspendre quelques mensualités va augmenter la durée du prêt, et donc son coût global. En cas de refus de votre banque pour la suspension, et avant qu’elle n’ait réclamé le solde du prêt, vous pouvez saisir le Tribunal d’Instance et demander une suspension du prêt pouvant aller jusqu’à 2 ans. (Art L 313-12 code de consommation). Pour cela, la raison des difficultés doit être liée à une perte de revenus, généralement, un licenciement.

D’autres aides peuvent être apportées. La CAF pour commencer octroie des aides aux personnes aux revenus modestes. Renseignez-vous pour voir quels sont vos droits aux aides au logement. Le fond de solidarité logement aide à payer des dettes et charges, telles que l’eau, edf, téléphone. Avec le 1% logement, pour les salariés en difficulté (entreprise non agricole de plus de 10 salariés) qui feront la demande auprès d’action logement, il est envisageable de demander un refinancement d’une partie de leur prêt, ce jusqu’à 40 000 €. Il faut pour cela que les charges soient importantes (40 % des revenus) ou que la baisse des revenus représente au moins 30 %, et que la difficulté soit due à une maladie, chômage, séparation… Vous pouvez aussi contacter une assistante sociale, et demander des aides ponctuelles pour payer des factures.

Toutes les aides sont à explorer … !!!

Il est possible de voir pour renégocier votre prêt immobilier, dans le but d’en diminuer les mensualités. Cela sera possible si votre taux d’emprunt est plus haut que les taux pratiqués au moment de vos difficultés. Mieux vaut aussi le faire avant tout impayé. Votre banque sera plus à même de répondre favorablement. Bien entendu, la raison de vos difficultés ne doit pas être une perte d’emploi, vous n’auriez alors plus les moyens. Si par contre la raison de vos difficultés est un endettement du à trop de crédits, pensez à faire un rachat de crédits. Cela diminuera de nouveau votre endettement. Là aussi vous devez avoir des revenus stables (pas en période de chômage). Si aucune de ces solutions ci-dessus ne sont possibles ou suffisantes, pensez à la vente de votre bien, cela permettra de solder le prêt immobilier, et retrouver un peu d’avance pour quelques mois, et surtout cela évitera une éventuelle vente aux enchères, qui se traduit très souvent par une perte pour vous.

Et enfin, si les difficultés que vous rencontrez sont trop importantes, que vous avez cumulé les retards, impayés, fichages… Pensez aussi au plan de surendettement. Attention, cela ne soldera pas vos dettes. La Banque de France peut demander la vente du bien. Mais si vous prouvez votre bonne foi, un plan pet être établi et la dette étalée. Il en résulte un fichage au FICP, et donc plus de possibilité de prêt.

N’attendez pas de cumuler les soucis financiers et voyez rapidement votre conseiller financier. Des actions menées de façon communes peuvent éviter bien des déboires. Si votre banque voit que vous mettez tout en œuvre pour vous en sortir et que vous lui faites confiance, vous ne risquez pas grand-chose à user de transparence. La banque elle aussi trouve son intérêt à conserver un client et son prêt remboursé jusqu’au bout.

Dans tous les cas, anticipez au maximum les problèmes avec toutes les actions préventives possibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *