Quelques questions à se poser avant d’investir dans l’immobilier.

Dans quels types de biens immobiliers faut-il investir?

Investir dans l’immobilier, pourquoi pas, il est vrai que cela rapporte. Seulement quelles sont les bonnes questions à se poser avant de se lancer dans un projet?

L’investissement immobilier qu’est ce que c’est? On peut le définir comme l’acte d’achat d’un bien à des fins d’habitation ou de location. Plusieurs dispositifs ont été mis en place pour favoriser l’investissement immobilier, à des prix abordables.

De plus en plus de Français choisissent d’acheter pour louer. Cependant avec les remous du marché de l’immobilier, un investissement dans le domaine doit s’aborder avec lucidité et sérieux. Voici quelques réponses à des questions primordiales.

Investir dans le neuf ou dans l’ancien?

Le neuf est généralement plus fonctionnel. Il exclut tous travaux importants à court terme.Les droits et frais de mutation sont également réduits : environ 2% dans le neuf contre environ 6/7% dans l’ancien.

Le neuf est cependant 20% à 30% plus cher que l’ancien, ce qui rend le rendement locatif moins élevé.

Pour ce qui concerne l’ancien, les avantages restent le choix qui est beaucoup plus large, la situation, souvent plus favorable et surtout, on sait ce qu’on achète. De plus les travaux effectués dans l’ancien peuvent être déduits du revenu foncier, voir même faire l’objet de subventions.

Quels quartiers choisir?

Les investisseurs n’ont pas forcément les moyens d’investir dans les «beaux quartiers» que ce soit dans un objectif d’achat ou d’investissement locatif.

Il faut privilégier les bons emplacements, à savoir les endroits où les perspectives de plus-values sont les plus importantes et les plus rapides. On peut également s’intéresser aux quartiers en mutation, valorisés par l’arrivée des transports en commun où l’implantation d’une zone commerciale.

Certains investisseurs n’ont pas les moyens d’accéder aux »beaux quartiers », que ce soit pour acheter une résidence principale ou un logement locatif.

Cependant il faut savoir que globalement le rendement locatif est plus élevé dans les emplacements qualifiés de «moyens» voir même de «mauvais».

Grande ou une petite surface?

Pour une meilleure rentabilité, il est clair qu’une petite surface se loue proportionnellement plus chère. De plus dans certaines villes plus «coûteuse», les petites surfaces sont plus facilement accessibles aux petits investisseurs. En période de crise immobilière elles se vendent d’ailleurs plus facilement et résistent mieux en terme de prix. Il est par ailleurs, plus simple de faire varier le loyer dans le sens ou les locataires «tournent» régulièrement.

L’inconvénient est cette rotation qui peut entrainer des frais de remise en état fréquents. Le locataires peut parfois négliger l’état de son logement, étant donné qu’il n’y reste pas longtemps. C’est également dans ce type de location qu’on relève le plus de loyers impayés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *